Présentation

Les conventions de partenariat, de gestion et de réussite éducative, les plans stratégiques du MELS et de la commission scolaire, le projet éducatif ou les orientations et le plan de réussite constituent les axes autour desquels ce modèle intégrateur s'articule. C'est aussi à travers ces axes que s'organisent les services éducatifs.

Reposant sur les besoins éducatifs des élèves, le projet éducatif ou les orientations et le plan de réussite constituent les principaux éléments structurant l'organisation scolaire, l'organisation du travail, les ressources et les services. Ils guident et justifient le choix des approches pédagogiques et parallèlement, celui des plans de formation, des programmes et des services éducatifs complémentaires.

Le modèle intégrateur permet à la direction d'établissement, dans la marge de manœuvre qui lui appartient, de pouvoir choisir avec son équipe les actions-clés à privilégier en établissant des liens entre les ressources à mobiliser et à combiner pour réaliser le plan de réussite.

Le schéma suivant illustre les liens entre les partenaires, pour s'assurer de la cohérence et de la complémentarité entre le plan stratégique du Ministère, le plan stratégique de la commission scolaire et le plan de réussite de l'établissement. On vise à intégrer l'ensemble des actions dans une vision globale à partir de laquelle s'insère l'ensemble des programmes et des actions.

 

presentation_S

 

La permanence de mesures ou de plans d'action visant à améliorer le système et ses multiples facettes entraîne des effets incontestables sur la mission éducative des établissements, sur l'ensemble des acteurs qui y évoluent et, conséquemment, sur les directions qui en assurent la gestion.

Ces approches et mesures se déploient selon les contextes et les fonctionnements variables des établissements. Dans un environnement complexe, tout est susceptible d'avoir directement ou indirectement une influence sur la réussite éducative des élèves. D'ailleurs, n'importe quelle mesure peut théoriquement se justifier.

La cohérence entre les divers sous-systèmes d'un établissement scolaire s'inscrit dans la mise en œuvre d'un cadre cohérent d'établissement. Dans ce contexte, il faut donc choisir les aspects de l'action éducative qui sont les plus pertinents à la réussite éducative des élèves. Ces actions doivent cependant tenir compte des encadrements actuels et s'inscrire dans la convention de partenariat et le plan stratégique de la commission scolaire, le projet éducatif de l'école ou les orientations du centre.

Au-delà du cadre légal et des enjeux qui nous gouvernent, la situation actuelle invite les directions d'établissement à réviser leur positionnement face à l'offre de service offert aux écoles et aux centres et à utiliser ces mesures comme des leviers ou moyens d'action servant à soutenir le développement de pratiques éducatives adaptées aux besoins des élèves.

Avoir un cadre intégrateur favorise le développement d'un langage commun entre les acteurs qui sont directement concernés par l'action éducative. Il offre des perspectives prometteuses à différents niveaux de l'organisation, à condition que le cadre renforce les actions des directions d'établissement pour organiser, questionner et construire des réponses adaptées à leurs réalités.

Ce modèle intégrateur repose notamment sur la capacité des gestionnaires à analyser et à piloter l'ensemble des situations, des processus et des modes de fonctionnement qui la sous-tendent à travers un grand angle. Il fait appel à l'investissement de tous les acteurs concernés par la réussite éducative des élèves pour choisir les actions pertinentes à privilégier. Le cadre intégrateur développé permet de construire une vision partagée des résultats attendus, favorisant l'évolution de l'ensemble du système organisationnel que constitue l'école ou le centre.

11/03/11